Il y a médecine et médecine

Un médecin berrichon de la Belle Époque (mais cette notion avait-elle un sens dans le Berry?) gardait soigneusement sous la main son exemplaire du Manuel de médecine, d’hygiène et de pharmacie domestiques, oeuvre du Dr Dehaut, parvenue à sa vingt-huitième édition en 1910. Sans nom d’éditeur, peut-être l’auteur de l’ouvrage (ou ses heureux héritiers) résidait-il à l’adresse mentionnée, le 147 rue du Faubourg-Saint-Denis. On donnera une mesure de la modernité scientifique de l’opus en rappelant que la 10e édition datait de 1863. Mais rien n’arrête un best-seller puisque la 29e édition fut donnée en 1925 (un hiatus sérieux : la précédente, notre exemplaire, était déjà vieille de quinze ans). Il ne semble pas avoir réédité par la suite. Increvable manuel en tout cas puisqu’il a pu survivre à d’innombrables patients, fauchés génération après génération en dépit de ses sages conseils quant à «ce qu’il faut éviter pour conserver la santé…».
Le possesseur de l’exemplaire que nous feuilletons l’avait truffé de pittoresques notices empruntées à diverses médications. Nous n’avons pas eu le courage de rechercher dans le Vidal les données biographiques (si l’on peut dire) de ces remèdes qui nous paraissent aujourd’hui oubliés, bien que certains puissent être relativement récents: Balsamorhinol (contre le coryza – qui, de nos jours, parle de coryza?), Solutricine, sirop de pulmorex, Broncho-tulisan eucalyptol, Norbiline, Algésal suractivé, Bismuth b3, Hémoluol liquide titré en vitamine p, Eucalyptine lebrun, Apioline de Chapoteaut («les propriétés emménagogues de l’Apium petroselinum sont connues depuis le siècle dernier»), Viberal à la tyrothricine, Lactotétracycline, Argyrophédrine, Suppositoires Famel…
Mais il y a médecine et médecine. À côté de ces feuillets de propagande à la gloire des concoctions vendues par les laboratoires pharmaceutiques, notre prudent médecin conservait aussi une recette à la réputation aussi vigoureuse dans les milieux populaires que celle de tous ces médicaments: une méthode purement performative (diraient les linguistes pragmaticiens) pour «arrêter les brûlures». Nous nous garderons bien d’en rire car nous en avons nous-même éprouvé l’effet (positif) dans notre enfance – et nous ne jurerions pas que la recette ne soit pas de nos jours encore régulièrement appliquée ici et là en même temps que des thérapies plus scientifiquement respectables.

Mais cette version quelque peu énigmatique de la formule n’avait-elle sans doute pas toute la puissance magique désirée. On en jugera en la comparant à une version beaucoup plus développée et cohérente (au moins dans la forme) que divulguent généreusement les sites consacrés aux secrets des guérisseurs.

Publié dans Manuscrit, Médecine | Tagué , , | Laisser un commentaire

Les Gaietés de l’escadron

Le 3 septembre 1939, Hitler rejette l’ultimatum allié; le Royaume-Uni (à 11 heures), l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la France (à 17 heures) déclarent la guerre à l’Allemagne . C’est le début de la Drôle de guerre.

Cette drôle de guerre ne devait pas amuser tout le monde. Pour autant, le 3ème Groupement Mixte (nous ne savons pas précisément ce que recouvre cette appellation) prend résolument les choses du bon côté. La petite vingtaine d’hommes qui le composent ne trouve rien de mieux, la veille même de l’évacuation de Forbach, que d’utiliser la ronéo officielle ( les «presses Gelatyn des Ateliers de Pro-Avia») pour se divertir par écrit comme si de rien n’était. Calembours, blagues ésotériques, distribution de surnoms, déclarations joyeusement chaotiques, caricatures — la publication se situe résolument dans le sillage de la petite presse gaie d’avant-guerre.

L’édition spéciale de PROJ-AVIA, «organe officiel autant qu’incomplet de la POPOTE du 3ème Groupement Mixte’ de grill…» est datée du 15 octobre. Le No 2 (nous ignorons s’il y  l’«édition spéciale» doit être comptée comme N01)  est lui-même daté du 31 octobre. La veille, l’Est de la Pologne avait été annexé par l’URSS.

Les documents que nous reproduisons ci-dessous avaient été soigneusement préservés dans une chemise cartonnée ornée d’un titre calligraphié et de deux dessins.  Le dessin au dos reproduit un étrange modèle de casque (pourvu d’ailes allégoriques pour la circonstance), discuté sur les sites spécialisés dans les souvenirs militaires.popote




popote-2

À cause de leur format atypique nous avons dû fragmenter les reproductions (seul le premier numéro est présenté ci).


proj-avia-1proj-avia-1bproj-avia-2aproj-avia-2bproj-avia-3aproj-avia-3a-1proj-avia-4aproj-avia-4bproj-avia-ht1proj-avia-ht2

401-radca la 101e Batterie du 401e RADCA (Régiment d’artillerie chargé de la défense anti-aérienne de Paris)  et le 3e Groupement Mixte organisent une grande fête au Châtelet-en-Brie le 29 janvier 1940,  reportée pour des raisons inexpliquées au 5 février, peut-être les fêtards pensent-ils encore une victoire possible? On sait ce qu’il devait en advenir: Juin 40 verra la débâcle de l’armée française.

radca-1

radca-3
radca-4

Occasion pour nous, cependant, d’évoquer les artistes de l’époque appréciés de ces joyeux militaires.radca

Si Heymond ne semble pas avoir laissé de souvenirs inoubliables, il n’en va pas de même de Lita Recio, décédée quasi-centenaire en 2016 selon Wikipedia: «Lita Recio, de son vrai nom Julia Recio, est une comédienne française née le 30 octobre 1906 à Paris, et morte dans cette même ville le 13 janvier 2006. Elle doublait régulièrement les actrices Barbara Stanwyck, Agnes Moorehead, Marlène Dietrich et Bette Davis, mais aussi Magda Schneider dans la série des Sissi : Sissi, Sissi impératrice et Sissi face à son destin

recio_lita01
Lina Tosti, chanteuse de second ordre selon certains malveillants, mérite d’être rappelée pour son interprétation du fameux Sombreros et mantilles. Elle survit aussi sur Youtube grâce à Rendez-moi mon coeur. Décédée elle aussi en 2016, le Web en restitue de nombreuses traces.lina-tosti

Sait-on que Gaby Basset fut mariée à Jean Gabin? Morte elle aussi quasi-centenaire en 2001. Sa filmographie imposante ne révèle que de petits, voire de tout-petits rôles.

gaby_bassert

Quant à Marcel Dubel, il fut surtout compositeur de chansons, dont l’impérissable Bonbons, caramels chanté par Annie Cordy.dubel

Publié dans Divers | Laisser un commentaire

La Gloire de l’Empire

«Une petite Française ne peut ignorer l’importance de notre empire colonial. Il est le fruit de longues luttes et d’un patient effort de civilisation (…) En 1940, c’est de notre empire qu’est partie l’armée française qui, commandée par les généraux Leclerc, Delattre de Tassigny, Koenig, a aidé le général de Gaulle à libérer la patrie».
Nous sommes le 13 octobre 1945 et Janine Rémond copie sagement dans son cahier d’Instruction civique, de Géographie et d’Histoire (les trois sont liés) ce que lui dicte le maître ou la maîtresse.
Peut-être est-elle encore de ce monde, mais ce monde n’a plus rien à voir avec ce qu’il était il y a 70 ans.
Comment une «petite Française» d’aujourd’hui recevrait-elle les leçons qui évoquent ce qui fut unEmpire? Sans doute reconnaîtrait-elle quelques noms de villes ou de fleuves mais, pour l’essentiel, il n’y aurait plus là que d’étranges ailleurs impossibles à se représenter. Encore plus impossible de se représenter à quoi ressemblaient les Français qui se livraient à un si difficile mais patient «effort de civilisation». Mais comment lui expliquer ce que l’on pouvait bien entendre par «civilisation» — voire par «effort» dans un tel contexte?
Le spectre de l’Empire et les spectres de ses acteurs — colonisateurs et colonisés – hantent pourtant encore les imaginaires, sans qu’ils s’en rendent tout à fait compte, tout comme les espaces bien concrets des villes d’aujourd’hui avec les noms de rues, les statues, les monuments…
Les commémorations ne sont pas seulement des événements annuels avec des figurants de moins en moins nombreux : elles ont lieu à tout moment de manière invisible, inaudible, mais n’en sont pas moins réelles et persistantes.
Pour que leur action sournoise soit plus clairement perçue et donc mieux comprise, ne faudrait-il pas mettre sous les yeux des petites Françaises d’aujourd’hui ces cahiers, témoins de réalités, de convictions, de croyances, d’espérances, d’illusions, de crimes aussi, dont elles héritent sans le savoir?

 

cahier-remond cahier-remond-2 cahier-remond-3 cahier-remond-4 cahier-remond-5 cahier-remond-6 cahier-remond-7 cahier-remond-8 cahier-remond-9 cahier-remond-11

Publié dans Cahier | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Un petit monde: le Grand monde

On ne sait à quoi put servir la liste ci-dessous: invitation à une réception? Présences à un mariage ou à un enterrement? Belles relations en tout cas recensées sur un papier portant une couronne comtale.

Les amateurs de littérature remarqueront surtout qu’il ne manque que le nom de Marcel Proust dans cette liste pour qu’ils y retrouvent l’univers familier de leur auteur préféré.

 

Liste-aristos

 

Publié dans Divers | Laisser un commentaire

Souvenirs princiers

Carte-commisaire-priseur-aCarte-commisaire-priseur-bCarte-commisaire-priseur-c Canne-Duc_D_Orléans

André Desvouges fut un important et actif commissaire-priseur (la BnF conserve de nombreux catalogues de ses ventes) des années 1910 aux années 1930. La destinataire du  souvenir mentionné (la canne de Philippe d’Orléans) était la Duchesse de Guise (1878-1961), ex-Isabelle d’Orléans.

Isabella de orleansw.jpg

 

Dans le même lot gardant trace de divers souvenirs de la famille se trouvait également cette enveloppe (vide):

 

Louis-Philippe-cheveux

Enveloppe qui avait été fermée d’un sceau de cire noire portant la devise traditionnellement (et faussement)  attribuée à Jeanne d’Arc: «Vive labeur»:

Sceau-Vive_Labeur

 

Publié dans Divers | Laisser un commentaire

La Duchesse doit se soigner

Hélène de Mecklembourg-Schwerin (1814-1858) était l’épouse de Ferdinand-Philippe, le très populaire Duc d’Orléans, fils de Louis-Philippe. La mort accidentelle du Duc, également Duc de Chartres, en 1842, a sans doute interrompu une évolution de la monarchie qui aurait peut-être évité 1848 et ce qui s’en est suivi.

Son Altesse Royale la Duchesse d’Orléans avait quelques ennuis de santé, dont témoignent les ordonnances de son médecin:

Ordonnance-Duchesse-1 Ordonnance-Duchesse-2 Ordonnance-Duchesse-3 Ordonnance-Duchesse-4a Ordonnance-Duchesse-4b Ordonnance-Duchesse-5

 

 

Publié dans Divers | Laisser un commentaire

Beau linge

Beau_linge-c

Une personne distinguée qui veut ne manquer de rien quand elle se rend à Stettin, alors en Prusse (aujourd’hui en Pologne), pour un séjour probablement un peu long, prend soin de confier à la domestique qui va la gérer (Élisabette — sic) une garde-robe un peu sérieuse: 18 chemises de jour (dont 8 garnies de dentelles), 18 chemises de nuit, des camisoles, des bonnets de jour et de nuit, des serviettes, des corsages (en flanelle, en cachemire), des jupons en quantité, des mouchoirs en batiste, etc. Comptés à part, on remarquera 14 mouchoirs «au chiffre de Mrg» mais 9 seulement «au chiffre M.». À part aussi, un joli lot de dentelles dont il allait falloir faire quelque chose…

 

Beau_linge-a Beau_linge-b

Publié dans Divers | Laisser un commentaire