Style

Ce très joli cahier, épais mais de papier fin, au format carré et aux couvertures de percaline rouge gaufrée, constitue une anthologie personnelle de modèles de style rassemblés par une jeune fille formée au bon goût du temps, romantique et pieuse. Elle recopie d’une sage écriture très régulière, avec une plume délicate, Desbordes-Valmore, Anaïs Ségalas, Hugo, Hoffman, emprunte «La Chute des feuilles» à Millevoye. Elle recopie également Lamartine, Boisjolin, Aimé Martin, Constant Dubos, Alex Guiraud, Hégésippe Moreau, Delille, Béranger, Mme Émile de Girardin, Ch. Varat, Louise Bertin.
Quelques pages sont arrachées en plusieurs endroits du cahier.
La fine écriture à la plume est remplacée dans les dernières pages par une écriture plus large, au crayon. Même choix d’auteurs cependant auxquels se joignent Chênedollé et Musset. Le dernier extrait cite Les Jardins de Delille:

J’en atteste, ô Monceaux! tes jardins toujours verts:
Là, des arbres absents les tiges imitées,
Les magiques berceaux, les grottes enchantées,
Tout vous charme à la fois. Là, bravant les saisons,
La rose apprend à naître au milieu des glaçons.
Et les temps, les climats, vaincus par des prodiges,
Semblent de la féerie épuiser les prestiges.»

Publicités
Cet article a été publié dans Manuscrit. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s