Cahier de Nina

Les chansons qu’aimait Nina Michel avaient été calligraphiées et illustrées pour elle par un artiste amateur un peu gauche, J[ean]-B[aptiste] Moulet, mais dont les gouaches reproduisent avec un charme certain les illustrations des publications fin-de-siècle.  Les chansons en question appartiennent elles-mêmes à un répertoire antérieur, peut-être pour certaines (où la gavotte et le rigodon prêtent à des sous-entendus grivois) à l’Ancien Régime: Tu mentais; La Marguerite; Méchant! Méchante!; Le Parjure; Mignonne, voici le printemps; La Cigale et la Fourmi – Gavotte; Sur le chemin de Bagnolet; Morte à seize ans.

Advertisements
Cet article a été publié dans Manuscrit. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s