La Machine de Marly célébrée en vers

Sans eau, pas de fontaines à Versailles: l’un des défis les plus spectaculaires du règne de Louis XIV fut d’assurer leur approvisionnement grâce à la fameuse Machine de Marly installée sur la Seine – énorme, complexe, coûteuse, mais admirée par l’Europe entière. Elle devait inspirer les poètes, dans l’esprit mythologisant du temps. Le poème ci-dessous, anonyme, est contemporain de la création de la Machine, inaugurée le 13 juin 1684. La fin n’en a pas été retrouvée.

Advertisements
Cet article a été publié dans Manuscrit. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s