Chants d’Alsace

Inauguré le 9 juillet 1921, ce cahier de «Chants» a été composé en Alsace par un (ou plus probablement une) J. Lutringer dont je ne sais rien d’autre, sinon que son (ou sa) propriétaire était trilingue – si du moins le dosage des langues représentées ici en est une indication fiable. On y trouve en effet tout un choix de chansons ou de poèmes, la plupart en français (14), les autres dans un dialecte germanique, peut-être du Yiddish (4), le reste en allemand (2).

Une larme
La Confession d’une jeune fille
Les Rubans d’une alsacienne
Bénédiction d’un père
Riche de ce qu’on donne
Die Thräne
b’Heimweh
Büaberl, mirk dir’s fein [Op.22 (Koschat, Thomas)]
Ach’ Einmal blüht im Jahr der Mai
Les Flots bleus
Les Yeux clos
Le plus joli rêve
La gavotte d’amour
Mes deux fiancés ou l’embarras du choix [signé «Latapie»]
Ki-Ka-Konstanze
«Rêve de valse»
Près d’un berceau
Edelweiss
Le Credo du paysan
L’Angélus de la mer

Publicités
Cet article, publié dans Cahier, Chansons, Manuscrit, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s