Un livret d’ouvrière

Le livret ouvrier, outil de contrôle et, dans une mesure limitée et tardive, outil de protection des mineur(e)s, resta en vigueur pendant tout le XIXème siècle. Créé en 1803 il ne fut officiellement aboli qu’en 1890 mais il était en partie déjà  tombé en désuétude. Nous reproduisons ci-dessous intégralement le livret d’une jeune fille des Vosges afin de rappeler ce qu’était la condition ouvrière à l’époque où le travail des enfants était légal dès douze ans.
Marie-Léontine Tisserand, née le 1er septembre 1867 (date et prénoms confirmés par les Archives départementales des Vosges), fille d’un laboureur et d’une ouvrière de fabrique, fut relativement privilégiée puisqu’elle put fréquenter l’école primaire jusqu’à l’âge de quatorze ans. Son livret enregistre dûment les étapes de sa carrière d’ouvrière. Elle n’avait quitté l’école le 6 mars 1881 que pour entrer aussitôt au service d’une fabrique comme bobineuse, emploi qu’elle quitte le 7 octobre 1886. Embauchée comme «banbrocheuse» (chargée d’alimenter les bobines) dans une filature de Granges (Vosges) le 29 novembre elle perd son emploi le 30 mars 1894 pour cause d’incendie de l’usine. À cette date, l’usage du livret était en principe déjà aboli depuis plusieurs années mais cet exemple montre que la pratique n’a suivi qu’avec retard. Léontine Tisserand avait alors 27 ans. Nous ignorons ce que fut le reste de sa vie.

ImageImage

ImageImageImageImageImageImageImageImage

Publicités
Cet article, publié dans Cahier, Divers, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s