Sous rature

Narrations-1 Narrations-2Il existe bien des façons de faire disparaître un écrit tout en le préservant (le palimpseste en est le prototype). L’une des façons les plus ambiguës d’y procéder est de ne pas détruire le support de cet écrit mais de le raturer: l’effacement n’a pas pour but le remplacement d’un texte par un autre mais, d’une certaine manière, son maintien quand même, sous un masque fait peut-être pour susciter la tentation chez telle personne visée ou chez le lecteur de hasard. C’est un cas de ce genre que présente le document ci-dessus: un texte écrit sur la page de garde d’un exemplaire des Narrations françaises de Durdent publié en 1812. Peut-être ne s’agissait-il que d’une dédicace (pas nécessairement de la part de Durdent) que le récipiendaire aura voulu soustraire à la curiosité d’un acheteur d’occasion. Le cas est bien plus fréquent dans les livres modernes : les soldeurs débordent d’exemplaires de service de presse aux dédicaces (parfois laconiques, parfois flatteuses,voire serviles) raturées, grattées, excisées, couvertes d’encre ou recouvertes d’une étiquette soigneusement encollée.

Advertisements
Cet article a été publié dans Divers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s